Dans ses yeux je voyais ma mort, Tomes I & II

Dominique Mertens

 

Le narrateur                               

Le roman                                              

Son contexte historique                                                                                        

Lieux où se déroulent les actions du roman     

Les personnages du roman                        

Forme du roman                                                     

Tome I 

Tome II

 

Le narrateur :

Moi, Wolfram Manteufel, moitié Loup, (der Wolf, en langue allemande) moitié Diable (der Teufel) fait Homme, (der Mann) J’accuse l’auteur de mes jours, Dominique Mertens, de m’avoir créé à son image, et d’avoir fait de moi son Doppelgänger, (son Double) m’en traînant ainsi irrémédiablement dans un destin qui ne devait pas être le mien et dont l’issue fatale m’échappera à tout jamais !

Je suis né en 1469 à Weisemburg en Franconie, d’un père issu d’une famille rhénane de clercs et de copistes, et d’une mère fille de drapiers lyonnais anoblis.

Tout d’abord, nous avons ressenti, vécu, souffert, et aimé à l’instar de tous les êtres humains. Ensuite, prenant un certain recul sur nos existences, nous nous sommes mis à façonner ensemble des œuvres qui nous ressemblent, et qui, toutes, sont inspirées par la haute folie qui nous entoure, cette folie propre à l’espèce humaine et qui préside à sa tragique destinée. Dans ces œuvres - dont vous avez sous les yeux la plus aboutie, puisqu’il s’agit du témoignage de ce que j’ai intégralement vécu - nous nous sommes tour à tour cherchés, perdus, retrouvés, égarés et illusionnés, courant sans cesse l’un après l’autre.

Car qui suis-je au juste, moi, Wolfram Manteufel ? Et qui est donc ce Dominique Mertens. Quel est celui qui se cache derrière l’autre ? Est-ce lui, ou est-ce moi ? A moins que ce ne soit ni l’un, ni l’autre ! Lequel des deux prévaut sur l’autre ? Est-ce moi, ou est-ce lui ? L’Univers fantastique dans lequel nous nous mouvons renvoie nos ombres sur l’écran du Monde. Où commence la réalité, ou finit le conte ? Car ici bas, tout n’est qu’illusion !

Permettez-moi de vous emmener à ma suite dans ce dédale de labyrinthes où il vous sera donné de rencontrer toutes sortes de créatures dont il m’est arrivé d’évoquer les esprits en compagnie de l’auteur de mes jours, et le plus souvent- à mon corps défendant ! Car il y a assurément grand danger à s’aventurer ainsi dans ces parages ! Mais ne vous avais-je pas prévenus ? Voilà qui est fait à présent ! Méfie-toi de l’eau qui dort, dit la sagesse populaire…

Riche de tout ce que la Vie m’avait appris, je me lançai enfin l’écriture d’un volumineux roman de genre Fantastique gothique que j’intitulai « Dans ses yeux je voyais ma mort ». Ce travail me monopolisa 5 années durant. 

Le roman :

« On ne naît pas vampire, on le devient ! » Tel pourrait être l’argument, schématisé à l’extrême, de mon roman. Celui-ci va s’attacher à démontrer comment des personnages, isolés au départ, vont se rencontrer, guidés par leur destin, pour s’unir au gré des circonstances de la vie, et évoluer. Certains d’entre eux passeront de la condition humaine à la condition vampirique, en faisant le détour par la condition animale. D’autres, au contraire, iront grandissant et s’élevant moralement. Ces personnages vont endosser ces conditions soit dans une acceptation positive ou résignée, soit dans une rébellion destructrice ou chaotique. Pour les uns, devenir vampires est une évolution inéluctable, intimement liée à leur révolte face à la fatalité de l’existence, alors que pour d’autres cette évolution n’est que le résultat des aléas d’une existence entièrement conditionnée par le hasard ou l’intérêt. L’univers vampirique ne peut se déployer qu’accompagné d’une conception pessimiste de l’existence, où tout destin ne peut être qu’irrémédiablement subi.

Parmi les facteurs qui entraînent puissamment les personnages vers leur destin, les conflits internes des personnages jouent un rôle essentiel dans le développement de l’intrigue, elle-même liée à l’évolution psychologique de ceux-ci. L’émergence de la condition vampirique est le fruit d’une évolution tantôt brusque et violente, tantôt lente et chaotique. Cette évolution ne s’opère pas sans une certaine résistance au changement, résistance ponctuée d’hésitations, de doutes, de calculs d’intérêt… C’est la violence ambiante qui, souvent, s’avèrera déterminante, tant il est vrai que le contexte socio-historique occupe une place importante dans le façonnement de l’intrigue : le vampirisme naît de la misère humaine, et celle-ci peut prendre diverses formes.

Le roman étudie les apports respectifs de la religion, du sacré et de la superstition dans l’émergence de la condition vampirique et pose la transgression des tabous qui y sont liés comme préalable indispensable au développement de celle-ci.

Cette condition n’apparaît toutefois jamais comme immuable, mais en constante évolution, ayant constamment besoin d’être entretenue et régénérée. Si vivre est d’emblée une malédiction puisque l’existence ne se conçoit qu’en prise directe avec la violence du temps, vivre dans la condition d’un vampire l’est encore bien davantage puisque s’y associe l’obligation de se régénérer, obligation qui est directement liée au maintien même des pouvoirs vampiriques. En effet, les pouvoirs des vampires ne sont jamais qu’éphémères, ayant été acquis de diverses manières. La plupart du temps, c’est dans leur abandon aux forces du Mal que se jouera le destin des vampires, même si ce destin n’apparaît pas toujours comme inéluctable, la résolution du conflit entre les forces du Bien et celles du Mal étant toujours susceptible d’être remise en jeu par les personnages. Il apparaît clairement que cette malédiction liée à la condition vampirique se joue dès l’instant de la séduction et de la tentation. L’amour seul pourrait éventuellement permettre la rédemption des vampires, mais celui-ci n’est qu’un bien frêle esquif pris dans la tempête des passions qui enflamment le cœur de telles créatures. Dans un univers aussi tourmenté, les sentiments sont des flammes virevoltantes susceptibles à tout moment d’exploser ou de s’éteindre, c'est-à-dire d’engendrer leurs contraires. Si hommes et femmes se complètent, ils ne s’en opposent pas moins violemment et irrémédiablement. Chaque être, comme chaque pensée et comme chaque sentiment, produit dans le même temps son contraire.

Contexte historique du roman :

L’essentiel de l’action se déroule en hiver 1493, dans cette région du nord de l’Alsace qui est dominée par de nombreux petits Seigneurs, eux-mêmes associés au destin de la future Allemagne, et entraînés dans le sillage du développement des grandes villes de la Décapole d’Alsace. (dont faisait alors partie la cité de Wissembourg) C’est dans un petit recoin de cette région alors sauvage et particulièrement reculée, que se déroule l’intrigue du roman, cet actuel Parc des Vosges du Nord (l’Outre Forêt), émaillé d’une constellation de châteaux dont plusieurs sont des constructions semi troglodytiques spectaculaires ! Ces châteaux sont noyés dans l’épaisseur de l’immense forêt d’Haguenau qui recouvrait alors l’entièreté du nord de l’Alsace. La fondation de ces châteaux remonte en général aux environs des XIe-XIIe siècles, leur essor se situant la plupart du temps aux alentours du XVe siècle, soit à l’époque du roman. Les querelles entre Seigneuries étaient chose courante en ces temps, et plusieurs de ces châteaux connurent des destins étonnants : le château de Loewenstein, notamment, qui servit de repaire à des chevaliers-brigands, et abrita Lindenschmidt, le héros du roman. Non loin de cette région s’ouvre la plaine de la vallée du Rhin avec la cité de Wissembourg, tandis que, un peu au nord, se trouve le château de Berwartstein, repaire de chevaliers pillards également, et dont le plus fameux fut Hans von Drodt, passé à la postérité sous les traits de Hans Trapp, le singulier personnage de la fête de Noël bien connu des alsaciens ! Hans von Drodt est aussi resté dans l’Histoire comme l’ennemi juré de la cité de Wissembourg.

A cette époque, l’Alsace était touchée par l’incroyable efflorescence de la Renaissance allemande dont les valeurs nouvelles rayonnèrent profondément sur l’art, la culture, et les mœurs de la société alsacienne. Les œuvres d’artistes de génie - tels Dürer, Grünewald, Baldung Grien, Schongauer, Deutsch et Graf - connurent un retentissement exceptionnel à la faveur des échanges qui se développèrent. Parallèlement à cet épanouissement culturel, la société -en 1493- était déjà ébranlée par les prémices de cette volonté de renouvellement de la religion que constitua la future Réforme. Le Haut Moyen Age n’allait plus tarder à céder la place à la Renaissance…

Lieux où se déroulent les actions du roman :

Au cours des première et troisième parties du roman, l’action se déroule essentiellement dans le château de Loewenstein, le repaire de Lindenschmidt, (le héros) cet ancien brigand-pillard devenu vampire.  Carte de Cassini de l'Alsace Les tout proches châteaux de Lutzelhardt, Fleckenstein, Falkenstein, Windstein, Wegelnburg, Hohenburg et Berwartstein apparaîtront ensuite progressivement de par les interactions entre les personnages. Le village d’Erlenbach, aux pieds du château de Berwartstein, ainsi que la cité de Wissembourg joueront également un rôle important dans l’intrigue. La cité de Niederbronn ne sera que citée.

Au cours de la deuxième partie, l’action démarre dans les anciens Pays-Bas, au Carmel de Mörs, pour se poursuivre -sur le mode d’une fuite éperdue- par la remontée de la vallée du Rhin : Köln, Andernach, Koblenz, Boppard, Oberwesel, Rheinfels, Bacharach, Bingen et Trifels, où s’achève la folle équipée.

Personnages du roman : 

Lindenschmidt est le héros principal du roman. Il est né en 1465. C’est lui qui, de fils d’une famille riche et reconnue, deviendra -suite au décès de ses parents- un brigand patenté puis un vampire. Il est l’ennemi de Hans von Drodt, le Seigneur de Berwartstein. Il est en relation avec de grands artistes et fonctionnaires. Après le décès de ses parents, il s’est caché, puis s’est enfui de chez son oncle auquel il avait été confié. Il vit une vie aventureuse et, entouré de quelques hommes, est devenu un brigand redouté. Pour se protéger, il se fait désormais appeler Horst von Hassel, a changé d’allure et a pris possession du château de ses ancêtres à Loewenstein. Là, il vit reclus et inconnu de ses manants. C’est là qu’il est devenu vampire.

Wolfram Manteufel est le narrateur. Il est né en 1469. Il habite Wissembourg où il a développé un atelier d’imprimerie. Son père, décédé peu avant le début du roman, exerçait le métier de clerc et de copiste. Au début de l’intrigue, il cherche à éditer des recueils de poésie courtoise à l’usage des Seigneurs et de leurs Dames. Il est fort concerné par le souffle nouveau qu’apporte en Alsace la Renaissance allemande. Il s’intéresse aux arts, et à la peinture plus particulièrement. Ce personnage est aussi inspiré de Wolfram von Eschenbach (ca 1170-1220) poète et Minnesanger allemand, auteur de Parzival, (Perceval, en langue française) épopée médiévale racontant la quête du Graal.

Arabella est une des deux héroïnes principales du livre. Elle est née en 1465 à Berwartstein. Elle vit seule au hameau de Lutzelhardt. Elle travaille régulièrement au château de Lutzelhardt où elle s’occupe des enfants du Seigneur. Fille naturelle du Seigneur von Drodt, elle a vécu une partie de sa jeunesse au château de Berwartstein dont elle a été chassée par son père. Elle a eu plusieurs amants et écrit de la poésie courtoise. Dès le début du roman, elle deviendra l’amante du narrateur, Wolfram Manteufel, pour s’en détacher après une brève liaison. C’est elle qui concentrera le processus de vampirisation.

Adelheide est la deuxième héroïne principale du roman. Elle apparaîtra quelque temps après la rupture intervenue entre Wolfram Manteufel et Arabella. Elle est née en 1468 à Bamberg où elle a passé sa jeunesse et où elle a eu l’occasion de profiter des nombreuses relations de ses parents, des drapiers : contacts avec des artistes peintres comme Pacher et Stoss, et initiation à l’occultisme. Elle habite Niederbronn avec son frère. C’est d’elle que va s’éprendre Wolfram Manteufel.

Albrecht Dürer, artiste bien connu né à Nürnberg en 1471. Tous les éléments biographiques et artistiques cités sont authentiques. Il joue un rôle essentiel dans l’intrigue en enrichissant celle-ci d’une dimension culturelle, humaine et philosophique singulière. Il représente une ouverture sur le monde.

Frau Anna est une femme qui vit au château de Loewenstein au service de Lindenschmidt. Elle est née en 1465. Ce n’est pas réellement une vampire, puisque c’est elle que Lindenschmidt utilise pour faire le lien entre les mortels (essentiellement la population de la Seigneurie) et les vampires (essentiellement les gens qui gravitent autour de Lindenschmidt). Ce n’est que durant la seconde partie du livre que l’on découvrira les origines de sa « vocation » : elle était initialement religieuse sous le nom de sœur Hildegard. Elle joue un rôle important en tant que soutien à Lindenschmidt.

Luzian est un homme qui vit au château de Loewenstein au service de Lindenschmidt. Il est né en 1470. Il a fait pas mal de frasques durant sa jeunesse et, séminariste, a dû être éloigné de la ville pour n’être affecté qu’à des paroisses isolées. Il a en charge le Carmel de Mörs où il va rencontrer Anna. Il est versé dans les sciences occultes. Lui aussi est utilisé par Lindenschmidt à son profit, tout en n’étant pas réellement un vampire. Il est appelé par les manants « Pater Luzian ».

Heidelore est une des 4 jeunes filles recueillies par Lindenschmidt avec l’intention d’en faire sa maîtresse. Elle est née en 1469. C’est elle et ses trois autres compagnes qui ont accéléré le processus de vampirisation de Lindenschmidt, ce dernier cherchant à complaire à ses protégées. Elle est devenue succube par la force des choses, comme ses trois compagnes.

Lorelene est une des 4 jeunes filles recueillies par Lindenschmidt avec l’intention d’en faire sa maîtresse. Elle est née en 1468. C’est elle et ses trois autres compagnes qui ont accéléré le processus de vampirisation de Lindenschmidt, ce dernier cherchant à complaire à ses protégées. Elle est devenue succube par la force des choses, comme ses trois compagnes.

Thorhild est une des 4 jeunes filles recueillies par Lindenschmidt avec l’intention d’en faire sa maîtresse. Elle est née en 1472. C’est elle et ses trois autres compagnes qui ont accéléré le processus de vampirisation de Lindenschmidt, ce dernier cherchant à complaire à ses protégées. Elle est devenue succube par la force des choses, comme ses trois compagnes.

Walpurgis est une des 4 jeunes filles recueillies par Lindenschmidt avec l’intention d’en faire sa maîtresse. Elle est née en 1468. C’est elle et ses trois autres compagnes qui ont accéléré le processus de vampirisation de Lindenschmidt, ce dernier cherchant à complaire à ses protégées. Elle est devenue succube par la force des choses, comme ses trois compagnes.

Wolfgisbert von Dürkheim (Graf von Dürkheim, Comte)) est un riche propriétaire terrien ennobli. Il est né en 1442. De son mariage avec Dame Waltheide sont nés 9 enfants : Elkmar, Bogdan, Athanasius, Egbert et Landrich pour fils, et Abeline, Elscha, Ingelborg et Reinhilde pour filles. Ils habitent au Burg Trifels, quelque peu au nord de Loewenstein, dans ce qui sera plus tard l’Allemagne. Il gère ses domaines composés de fermes et de vignobles. Ses enfants travaillent au domaine. Il fait partie du Tribunal des Terres rouges et fait preuve d’un grand humanisme.

Dame Waltheide est l’épouse de Wolfgisbert von Dürkheim. (Comtesse von Dürkheim) Elle est née en 1445. Elle habite avec son époux et ses enfants au Burg Trifels à la restauration duquel elle consacre la majeure partie de ses gains. Elle est très versée en astrologie et éprouve une grande compassion pour ses manants. Elle a initié ses filles dans les arts divinatoires. Elle a une grande culture et aime recevoir des lettrés et autres esprits éclairés. Elle attend beaucoup de la Renaissance allemande, particulièrement en ce qui concerne l’évolution du statut de la femme.

Dame Eberhardina est une pèlerine rencontrée par les 3 fugitifs dans la vallée du Rhin. Elle a sur la conscience un crime qu’elle sera amenée à confesser publiquement dans l’église d’Oberwesel. Luzian aura durant tout un temps un certain penchant pour elle, ce qui provoquera la rancœur d’Anna, et influencera ultérieurement leurs décisions respectives. Les adieux d’Eberhardina aux 3 fugitifs se feront dans des conditions dramatiques, lesquelles seront une fois encore lourdes de conséquences.

Osmunde est née en 1461. C’est une jeune femme qui a beaucoup souffert : elle a perdu son mari dans un accident à la mine du Jaegertal où elle habite, et a été victime d’un acte particulièrement odieux de pillage par Lindenschmidt et sa bande ; en guise de représailles, ces scélérats l’ont rendue muette. Aussi a-t-elle développé en elle une rancune tenace. Son désir de vengeance va trouver l’occasion de se réaliser quand Wolfram et Adelheide vont incidemment la rencontrer et faire appel à ses pouvoirs occultes.

Forme du roman :

Le roman est écrit par le narrateur, Wolfram Manteufel, la plupart du temps au passé. Il est divisé en 3 parties, et comporte 26 chapitres, tous à l’entête d’un nom de lieu (châteaux ou cités). Le recours à des termes en langue allemande est régulier afin de souligner le rôle important que la langue et la culture allemandes jouaient à l’époque sur ce territoire charnière entre la culture française / latine, et la culture germanique / nordique. L’utilisation de ces termes vise également à renforcer l’impact du surnaturel et du fantastique sur le lecteur. Le roman s’inscrit dans la ligne d’un Fantastique d’inspiration purement romantique, avec une prédilection marquée pour les images ou la référence explicite aux œuvres des artistes cités : Albrecht Dürer, Matthias Grünewald, Hans Baldung Grien… 

 

Dans ses yeux je voyais ma mort, tome I

     ****************************************                       

      Date de sortie : septembre 2015                               

   ****************************************                    

          ISBN : 978-2-37224-024-6 

    ***************************************

       156 x 234 ♠ 224 pages ♠ 20 €                                                              

   ***************************************  

          Livre numérique : 3.99 €  

           e-pub : 9782373340253   

           PDF : 9782372240260

     

      Commander le livre papier

   Commander le livre numérique

                Lire un extrait

Dans ses yeux je voyais ma mort, tome II

         ************************************

           Date de parution : avril 2016

      ************************************

            ISBN : 978-2-37224-027-7

      ************************************

         156 x 234 ♠ 240 pages ♠ 20 €

     ***********************************

       e-pub : 9782372240284 - 3.99 €

      

        Commander le livre papier

      Commander le livre numérique

                   Lire un extrait